Expo photos

José Nicolas_Photographe_Portrait

Expo photos de José Nicolas
du 17 novembre 2018 au 13 janvier 2019

Espace Photo du Perche - M. QUITTEMELLE - 9 rue Ville Close
du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h30

Après avoir exposé pendant tout l'été en plein air - à l'occasion du festival photo de Bellême - ses images issues de son livre French Doctors sur les débuts de Médecins de Monde et Médecins sans Frontières, José Nicolas accroche ses photos du Tchad, du 17 novembre 2018 au 13 janvier 2019, à l'Espace Photo du Perche, toujours à Bellême.

 

Né d'un père militaire qui parcourt l'Afrique et d'une mère libano-marocaine, José Nicolas rejoint les Unités parachutistes. Réformé à 29 ans après avoir été pris pour cible par un sniper à Beyrouth, sa rencontre avec le french doctor, Bernard Kouchner, en 1982 va faire écho à sa sensibilité et son regard particuliers sur les malmenés de l'Histoire. Il se consacre dès lors à sa vraie passion : le reportage en zones de guerre (Liberia, Afghanistan, Kurdistan, Liban, Bosnie, Rwanda, etc). Depuis 1994, José Nicolas est indépendant et se consacre à des sujets plus sociétaux ou environnementaux, à des travaux plus personnels et revisite ses archives.

 

Cet important travail sur ses archives donne lieu à des expositions et des publications, comme ce nouveau livre sur un pays oublié, le Tchad, entre témoignage et voyage. "Mon lien avec le Tchad remonte à l'enfance. Au début des années 1960, avec mon père militaire, nous avons atterri à Faya-Largeau, chef-lieu du nord du Tchad, di Borkou-Ennedi-Tibesti. Je me souviens d'une vie pleine de douceur, où le temps n'avait pas de prise sur nous, où je vivais pleinement cette liberté avec le bonheur de l'innocence. En 1978, jeune parachutiste de 22 ans, je retourne dans ce pays pour évacuer les ressortissants européens, tandis que différentes factions tchadiennes s'affrontent violemment. Deux ans plus tard, avec mon unité, nous campons pendant quatre mois dans l'est, à Abéché, puis près du Lac Tchad. Je m'adonne alors avec appareil photo à un plaisir de curiosité et de contemplation qui ne me quittera plus. Ce sont mes premières images du Tchad."

 

D'autres séjours s'enchaînent jusqu'à la fin des années 1990, en tant que reporter photographe pour Médecins du Monde et pour l'agence Sipa. Et si José Nicolas continue à couvrir les zones de combats, il sillonne les zones désertiques de ce pays à la recherche de poésie, s'attachant aux scènes de vie spartiates et aux multiples visages croisés, photographiant libre de toute contrainte. Il explore surtout à loisir les endroits négligés dorénavant par l'actualité. "Si mes voyages m'ont toujours mené au-dessus de la capitale, j'ai souhaité regrouper ces images d'archives pour rendre hommage à ce pays, à ces femmes et à ces hommes, fiers et dignes, à ce peuple oublié."

 

José Nicolas dédicacera son livre sur le Tchad, mais aussi French Doctors, samedi 17 novembre toute la journée.

 

Tchad 1980-1997
Photos de José Nicolas
Préface de Pierre Haski, journaliste et auteur, président de Reporters sans frontières
Edition Imogene
19 x 22 cm, 128 pages, Août 2018
prix : 35€

 

A l’aide de delous (« puisettes »), ces hommes extraient l’eau d’un puits.

Tchad 1984, Biltine

La palmeraie de Faya-Largeau.

Bellême actualités